AdeLA BURDUJANU

Fév 28, 2019

by Babette Dard

 

Dans mes peintures, je m’interroge sur les différentes possibilités de représentation. Je travaille sur la mise en évidence des structures picturales, sur la transformation des formes, sur la remise en cause du temps et de l’espace… De près il y a des traits de peintures, des gestes, parfois brusques, violents, rageurs… de plus loin le bruit et la vie d’une métropole. Plus on recule, plus l’on s’éloigne de la toile, plus la vision se fait précise, tout n’est pas saisi au premier coup d’œil, le tableau est ainsi vivant.

Dans mes toiles que je qualifie de « Vibrations Variées », c’est un moment que j’’emprunte » au temps, c’est une fixation du monde réel ; je jette sur la toile ce que j’ai dans l’esprit, je marque mon  »empreinte » sur la toile. Dans mon œuvre présentée « Vision parallèle », je transcris mes souvenirs, je crée des doutes sur ce qui existe effectivement, ce qui est réel, par opposition à ce qui est imaginé, rêvé, fictif… ce qui pourrait être un monde parallèle.

Mon but est de déstabiliser par l’intemporalité, pour dérégler la perception de chacun. L’idée générale restant de fusionner l’art et la vie car pour moi, la peinture est une façon de penser, de redécouvrir et faire découvrir mon extérieur depuis l’intérieur.

Ainsi, « Vibrez avec mon « emprunte » du temps !!! »

AdeLA BURDUJANU
ARTISTE PEINTRE
www.adela-burdujanu.com

Intensité urbaine
« Dans cet océan de traductions de la cité, si une artiste devient incontournable par sa singularité, c’est bien AdeLA BURDUJANU D’une manière désormais plébiscitée par de nombreux amateurs, elle aborde la sphère urbaine en délitements de moments et lames éblouissantes de réverbération apportant une respiration animée à ce milieu fermé. L’assemblage de surprenants effets de lumière, tout en surexposition et effacements, donne cette ambiance si particulière à ses représentations de la ville. Dans cette symphonie audacieuse composée avec détermination, l’atmosphère décrite se révèle être une invitation au voyage. C’est avec ce charme que l’artiste capte notre attention afin de nous proposer l’ivresse d’une immersion dans le brouillard gris-bleu des lumières de l’urbain parisien.
La justesse de son dessin est une base fondamentale d’où elle élève une partition colorée traduisant admirablement l’esprit dermique des artères de la cité et adhérente à la demande contemporaine. Pareillement, Adela réinvente la perception de la ville en dévoilant cette faune résidante en diverses attitudes qui s’imbriquent parfaitement dans ce tissu trépidant de mouvements et ponctué de fuites ombrées dont l’alchimie élève la composition en une révérence à la vie urbaine.
Une seconde lecture de la trame de ses compositions montre des juxtapositions d’effacements griffant l’éther pour s’évanouir dans des halos de lumière, absorbant par là même l’humain et nimbant les lointaines silhouettes en couleur de muraille. Son discours s’abreuve à une source philosophique éducatrice révélant notre bref passage en ce monde composé de fugaces moments, et à nos insignifiances vouées à l’évaporation.
Le citadin a déjà goûté les avenues et venelles baignées de langues de lumière caressant pavés, façades et chalands. Aussi, par son délectable travail, AdeLA BURDUJANU vient garantir une perception urbaine et parisienne différente pour un épisode renouvelé de nos sensations. »

Régis BROUSTET (UNIVERS DES ARTS)

« Cette artiste fait travailler notre mémoire et notre pensée, la réalité devient une matière à réflexion. Par sa vision colorée et lumineuse, elle nous emmène sur le terrain de l’interactivité ; regarder ses toiles, c’est rentrer dans notre univers par un retour dans notre vécu de tous les jours, par nos idées qui affluent. Par sa suggestion et son talent, nous sortons du cadre pour imaginer la suite de ces évènements décrits, cela nous permet de nous échapper malgré tout de cet ordinaire coutumier en le revisitant. Alors que la banale et authentique vérité est simplement matérialisée, le fleuve turbulent de ce réel nous retient et nous attire dans son tourbillon… Ces instants rituels qui reprennent vie soudainement sous nos yeux, ce n’est pas une manipulation ni un tour de passe-passe, c’est simplement le talent d’une artiste qui perce les secrets du quotidien. »

AdeLA BURDUJANU
AFFILIATION MAISON DES ARTISTES B 1470-15
Mobile : + 33 6 28 30 26 40
Courriel : adela.burdujanu@gmail.com

Formation :
1989-1994 BEAUX – ARTS « A. Plamadeala », Chisinau, Moldavie
2006-2009 Arts Plastiques et Science de l’Art, Université de la Sorbonne, Paris
Licence 3, Master 1 puis Master 2, mention Bien

Membre de la FONDATION TAYLOR
(Fondation Française créée en 1844 ; obtention du Prix « JOËL DABIN » en 2015)
Membre d’ARTS – SCIENCES – & – LETTRES -médaille d’argent-
(Société Académique d’Encouragement et d’Éducation fondée en 1915)
Membre d’ELF GENIUS FUNDACIÓ (Fondation Espagnole)
Sociétaire de la Société des Artistes Français (Art Capital au Grand Palais)
Prix « Danièle BRISSON-DRUCKER » en 2014, Prix de la « SAAF » en 2015, Mention en 2017
ART CAPITAL au GRAND PALAIS (COMPARAISONS-Groupe Transposition-Figurative)
Prix Univers des Arts, Salon des Peintres de l’Armée 2015
Prix du Gouverneur Militaire de Paris, Salon des Peintres de l’Armée 2017
Médaille de Bronze de la Ville de Paris
Médaille d’Or de la Ville de St Maurice
Médaille de la Ville de Rosny-sous-Bois